Editions Suzanne Hurter



 

Edité en juin 2000, à l’occasion du dixième anniversaire de la création de l’Association du Cerf Volant, cet ouvrage a pour objectif d’expliquer et de faire connaître les raisons d’être et les activités de cet espace d’accueil, de socialisation précoce et de prévention qu’est le Cerf Volant. Il est inspiré de la Maison Verte créée par la psychanalyste Françoise Dolto et ses collègues.

Edité en juin 2000, à l’occasion du dixième anniversaire de la création de l’Association du Cerf Volant, cet ouvrage a pour objectif d’expliquer et de faire connaître les raisons d’être et les activités de cet espace d’accueil qu’est le Cerf Volant. Il est animé par une quinzaine de professionnels parmi lesquels on trouve des psychanalystes, des psychologues ainsi que des spécialistes de la petite enfance et des problématiques familiales. Inspiré de la Maison Verte créée par la psychanalyste Françoise Dolto, le Cerf Volant est un espace de socialisation précoce et de prévention. Tout au long de son séjour dans ce lieu, l’enfant sait qu’il n’est, ni ne sera, laissé seul, tout en étant capable d’expérimenter ces moments d’éloignement d’avec l’adulte accompagnant. L’un et l’autre peuvent ainsi se préparer aux séparations ultérieures ; en vérifiant que leur lien privilégié n’est pas détruit par la présence d’autrui, il peuvent progressivement prendre distance, se perdre de vue pour, ensuite, se retrouver.

 


 


L’ENVOL ET LE LIEN


Données techniques :

Format : 22 x 22 cm
90 pages
édition reliée cousue au fil
Prix : CHF 32.-

commander

 
 

LES AUTEURS


L’ouvrage est fractionné en plusieurs parties qui ont été rédigées par des collaborateurs du Cerf-volant. Antoinette Aebersold a formulé l’historique du lieu sous forme de trois interviews auprès de Marie-Françoise de Tassigny, déléguée à la Petite Enfance à la Ville de Genève, Esther Bitton, psychanalyste et membre de l’équipe d’accueil depuis l’origine et Susan Frey, membre du Comité depuis 1990. Jacques Stitelmann expose à sa manière poétique et ludique, comment se structurent topographiquement les diverses aires qui constituent le lieu. Pierre Willequet propose une double contribution : un texte dans lequel il explique le fonctionnement et la vie quodtidienne de l’institution iansi qu’une réflexion sur la notion et le geste d’accueil. Catherine Schopfer enfin, propose une élaboration sur la fonction paternelle et son rapport à la loi, aux règles qui structurent la vie en commun des êtres humains dès leur naissance.